ANAPI
anapi
Dernières INFOS !

1- Implantation et nombre

Les camps étaient implantés dans les zones difficiles d’accès, la plupart du temps insalubres, là où les possibilités d’incursion des forces françaises étaient faibles en raison de l’éloignement. Plus celui-ci était grand, moins les garnisons vièts étaient importantes.

On en a décompté cent trente environ, principalement en Indochine (Tonkin, Annam, Cochinchine), mais aussi parfois au Laos (dans les maquis du Pathet Lao) et au Cambodge (là où les Khmers Issarak contrôlaient le pays), et même en Chine (Yunnan). Les plus importants se trouvaient au Tonkin, non loin de la frontière chinoise, dans le bassin de la Rivière Claire (Song Lô). Certains recevaient le nom d’« hôpital », tel le N°128, d’autres étaient des installations volantes.

Le Camp N°1 - photo aérienne du village de Bong-Son prise par le 2e bureau de la Légion Etrangère en 1952. A l'extrême droite, le bosquet où était donné les cours politiques

Les camps regroupaient des prisonniers de guerre de toutes races et nationalités ayant appartenu aux armées françaises de Terre, de l’Air et de Mer, des otages civils enlevés au cours du conflit (hommes, femmes et enfants) et parfois aussi des déserteurs.

 

Haut de page

Formulaire d'adhésion